Axel Roumy, jeune peintre lumineux et l’éclat des émotions

Gnothi seauton (« connaîs-toi toi-même ») cite le peintre qui a étudié le grec ancien à l’école, Toujours premier de la classe, rêveur mais aussi bavard et curieux, Axel Roumy a manifesté sa passion pour l’art très jeune. A travers sa peinture, il provoque instantanément des émotions fortes auprès de ses visiteurs en les plongeant dans ses oeuvres, tel un bain sacré puis une renaissance nouvelle.

Nous vous faisons découvrir en photos et en mots son univers construit autour des quatre éléments et quatre sens…

De 2018 à 2019, passionné de mythologie grecque, Axel Roumy se lance dans une installation multi-sensorielle appelée « L’Envol d’Angelo » pour la foire satellite de Art Basel à Bâle en juin dernier, soutenu par la marque française de matériel dédié à l’art, Pebeo. L’installation d’Axel s’est inspirée du mythe d’Icare de la mythologie grecque. Cependant le peintre a choisi de revisiter l’histoire afin de lui offrir une fin plus lumineuse, à la lumière de sa peinture.

Dans ses tableaux, Icare a changé de nom pour devenir Angelo. Doté d’ailes, le jeune homme vole au-dessus du monde et des quatre éléments qui le composent : la terre, le feu, l’eau et l’air. L’homme va trop haut, le soleil finit par brûler ses plumes. Il tombe mais au lieu de mourir comme le mythe original, Angelo se retrouve dans la mer, en flottaison dans un état de transe et d’introspection, puis renaît. Un parcours initiatique et chimérique commence jusqu’à La Rencontre.

Une des particularités de cette installation est qu’elle fait intervenir quatre des cinq sens : la vue (les peintures), le toucher (la pièce est remplie de sable et sensation de vent par des ventilateurs cachés), l’odorat (intégré dans les sculptures qui sont une représentation 3D de l’oeuvre) et l’ouïe (avec une bande son originale, composée par Ponte Safara).

L’installation d’Axel Roumy à Bâle

Axel Roumy a exposé son installation – ainsi que des travaux annexes – accompagnés de sculptures parfumées aux arômes naturels composés d’huiles essentielles de plantes comme la fleur de coton, le néroli, de la sauge ou encore la senteur de plûmes brûlées. «A Bâle, j’étais heureux de voir l’émotion que la peinture provoquait sur les gens, de la surprise aux larmes. L’odorat est le seul sens qui garde une mémoire, celle-ci ne s’efface jamais, c’est la mémoire olfactive. C’est un processus auquel je me suis beaucoup intéressé pour composer cette installation».

Les deux peintres qui inspirent particulièrement Axel sont Bernard Buffet et Fernand Léger. Il explique :

«Depuis que je suis petit, je me pose beaucoup de questions sur la vie, les autres, moi-même. Je lis beaucoup de livres de philosophie sur l’amour et les émotions (Freud, Alain Badiou, François Lelord…). On peut vivre des choses très dures pourtant j’essaye toujours de voir la solution, un éclat qui brille au bout du tunnel, un scintillement lumineux. Ce sont toutes sortes d’émotions que l’on peut éprouver humainement que j’essaye de retranscrire dans mes tableaux.»

Voici la série de peintures dans le cadre de l’installation de l’Envol d’Angelo, vous pouvez cliquer sur chacun des dessins pour les faire défiler sous forme de galerie :

Vous pouvez suivre le travail d’Axel Roumy sur son compte Instagram @axelroumy.

Axel Roumy détache volontairement les personnages de leurs paysages tout en donnant l’impression que les deux sont en fusion :

«Comme vous pouvez l’observer, les personnages sont en noir et blanc (le blanc naturel de la feuille de papier sur laquelle j’ai dessinée pour cette série – ce n’est pas une toile – ), dénotant avec un paysage coloré qui donne du peps. J’adore le bleu lapis Lazuli, c’est ma couleur fétiche. Et depuis que j’ai commencé cette série d’Angelo, je m’intéresse énormément aux couleurs du ciel et ses nuages influencés par la lumière du soleil : d’abord un aplat de bleu recouvert de jaune, de rouge donnant ensuite du vert, du rosé, de l’oranger etc… J’aime aussi ajouter des matières qui donnent du relief au tableau : paillettes, feuilles d’or, ou autres matières rapportées de voyage. Il y a beaucoup de technique derrière ce travail que j’ai acquise sur plusieurs années de réflexions et de pratique».

Avant l’Envol d’Angelo, l’artiste peintre et plasticien multi-sensoriel s’était intéressé pendant un an à la mécanique de l’émotion à travers les yeux et le regard. Il avait ainsi fabriqué des dizaines de tableaux à l’aide de tissus, composés d’un seul oeil habité de couleurs projetant des émotions distinctes qu’il a exposé à la mairie du 7ème arrondissement de Paris en octobre 2019.

Axel Roumy à Paris entouré de ses yeux.

En parallèle de sa vie de peintre, Axel Roumy accompagne régulièrement le photographe de renom français Jean-Daniel Lorieux dont il a été l’assistant pendant plusieurs années, il est actuellement le directeur de production de Jean-Daniel. Il décrit Jean-Daniel (qui fut photographe de guerre en Algérie puis devint photographe de mode) comme son mentor et son ami puisqu’ils se connaissent maintenant depuis 11 ans. Axel travaille actuellement sur son premier tableau grand format d’un homme sur fond de plage et coucher de soleil.

Par Isabelle Levame

Publicités

Laisser un commentaire