Maux de gorge, de tête, petite toux… : ai-je eu le coronavirus Covid-19 ?

« Et toi tu l’as eu tu penses ? »« quoi donc? » -« ben le coronavirus » -« … ». Voici la question et la réponse logique qui circulent beaucoup dans les maisons, entre les familles et les amis, en ce moment chez les Français comme chez les Espagnols confinés. Il n’y a pas assez de tests pour tout le monde et selon les scientifiques une sacrée différence existe entre le nombre de malades officiels atteints du Coronavirus Covid-19 et le nombre de malades réels (il serait logiquement bien plus élevé), dont le type d’infection ne peut pas être confirmé… Alors qu’est-ce qui nous fait penser qu’on a peut-être eu le coronavirus Covid-19, ou pas ?

Je vais écrire cet article au « je » car moi-même j’ai été sujette à cette angoisse, suis-je atteinte du coronavirus ou ne le suis-je pas ? Ce sont les petites questions existentielles de la vie influencées à fond par l’actualité qui prend toute la place dans tous les lieux, H24 (donc dans hôpitaux, les médias, chez les politiques et évidemment à la maison de chacun(e) sauf celles et ceux qui restent dehors et jouent les « arf de toute façon faut bien mourir de quelque chose » ou « le coronavirus, même pas peur » ).

Jeudi 19 mars dernier, c’est mon quatrième jour de confinement à Madrid, j’ai fait une longue et bonne nuit sans interruption de 8h. Je me réveille pourtant avec l’étrange sensation d’avoir la tête et le corps dans un nuage, de me sentir lourde. J’avale ma salive et là je réalise que j’ai un gros mal de gorge. Tout au long de la matinée je suis particulièrement fatiguée comme lors d’une grippe mais pas plus de symptômes, pas de toux, pas l’impression d’avoir de la fièvre non plus ou juste un peu.

La veille, je m’étais couchée en ayant un peu mal à la tête et avec un peu de frissons. En même temps on ne met pratiquement jamais le chauffage même quand il fait moins de 10 degrés dehors. Je me dis que je vais attendre un peu avant de me prendre la température, le lendemain je me sens mieux, je n’ai plus du tout mal à la gorge mais je suis juste encore un peu fatiguée.

Coronavirus Covid-19 : une perte du goût et de l’odorat ?

Après l’annonce du confinement, avec des amis on s’est dit que notre corps s’inventait inconsciemment des symptômes, que tout cela était psychosomatique et puis c’est l’époque des grippes et des angines. Sauf que, plusieurs proches ainsi que des amis qui travaillent dans des hôpitaux de Madrid me disent à peu près tous au même moment, en 24h disons, qu’ils ont eu des symptômes similaires aux miens.

Certain(e)s me précisent que sans raison particulière ils se sont en plus retrouvés avec une perte importante d’odorat et/ou de goût pendant plusieurs heures, sans avoir le nez bouché. Ces signes sont apparus après les autres symptômes et tout le monde ne les a pas. Il s’agirait d’une infection du système nerveux central et d’un des effets du Coronavirus Covid-19 selon les informations de chercheurs chinois répertoriées dans Journal of Clinical Virology et rapportées par Le Monde. Le diagnostique se précise on dirait.

Alors le coronavirus, c’était dans ma tête ou pas ?

J’ai beau faire attention aux réactions de mon corps ainsi qu’aux différents symptômes listés pour le coronavirus Covid-19, je ne suis pas médecin et s’agissant d’un nouveau virus, sa connaissance évolue en permanence.

Sans compter qu’il est démontré que les symptômes sont variables pour chaque patient. Je ne sais pas si j’ai eu le coronavirus, et je ne le sais pas plus pour des amis qui ont eu des symptômes beaucoup plus forts que les miens (et qui s’en sont remis). Je sais que les tests sont réservés aux personnes à risque et c’est bien normal mais je pense qu’au fond, beaucoup seraient intéressés de savoir s’ils ont été infectés par le Covid-19 ou non. Là on reste dans le flou, avec cette donnée de l’OMS reprise par les dirigeants qui résonne « entre 50% et 70% de la population pourrait attraper ce coronavirus »… Et finalement, est-ce mieux de l’avoir eu (notre système immunitaire le connaît à présent) ou d’y avoir échappé ?

Toutes ces interrogations sur notre santé et celles des autres (mais aussi celle des animaux, puisque les associations comme la SPA constatent une recrudescence d’abandons d’animaux domestiques. Les propriétaires pensant qu’ils pourraient leur transmettre le virus) pendant cette crise sanitaire hors du commun soulignent plus que jamais un point qui semble essentiel pour beaucoup. Là encore il suffit de tendre l’oreille et d’écouter les conversations : la science a une importance vitale (les sciences naturelles notamment) dans le monde d’aujourd’hui, de demain, son évolution pour le monde, l’individu et l’environnement.

Pour en savoir plus sur le coronavirus Covid-19, n’hésitez pas à consulter le site de l’OMS ou des études sérieuses publiées sur le sujet (souvent en anglais) en vérifiant toujours les sources.

Publicités

Laisser un commentaire