Portrait de Stéphanie Adélaïde, présidente de l’Association la France Ô si! et de la Fiesta de la Francophonie

Stéphanie Olivia Adélaïde et l’équipe de La France Ô si!

A l’occasion de la quatrième édition de la Fiesta de la Francophonie qui sera organisée à Madrid le 6 mars prochain au Palacio de Cibeles, Stéphanie Olivia Adélaïde, entrepreneuse et présidente de l’association culturelle la France Ô si! a reçu Treiz’Hebdo dans ses bureaux. En sept réponses, elle nous raconte son parcours, le rôle de l’association qu’elle préside et l’objectif de cette importante réunion des francophones et francophiles en Espagne qu’elle a co-fondée avec l’aide de l’Institut français…

Pouvez-vous nous expliquer quel est le rôle de l’association la France Ô si! que vous avez co-fondée et que vous dirigez ?

Afin de comprendre l’argument de création de la France ô si!, il faut rappeler que le français est parlé par plus de 300 millions de personnes dans le monde et l’organisation internationale de la francophonie (OIF) compte désormais 54 pays membres, présents sur quatre continents. J’ai créé cette association culturelle dédiée à la promotion du français en Espagne en 2014 ici à Madrid, ma ville de coeur. J’y étais venue initialement pour y faire un échange en Erasmus et je suis restée. L’objectif principal de la France Ô si! est de rapprocher les familles de la langue française et la culture francophone.

L’association est labellisée FLAM (Français langue maternelle), un dispositif de l’AEFE (agence pour l’enseignement français à l’étranger) qui permet de garder un lien avec la culture et la langue françaises. Nos familles sont majoritairement bi-nationales, donc un des deux parents est francophone. On organise des activités toutes les semaines pour créer ce lien culturel avec les parents et les enfants, en particuliers les jeunes de deux à quatorze ans. Nous organisons, avec mon équipe : Jeanne Bedé, Emma Poulain et Maxence Dutrieux, également de nombreux événements culturels tout au long de l’année pour aider à la promotion des pays francophones…

Votre fille est née ici à Madrid, quel lien a t-elle avec le français ?

Je me suis demandé comment faire pour qu’elle ne perde pas ce lien avec le français en vivant à l’étranger, car elle se sentait avant tout profondément espagnole et n’avait pas très envie d’apprendre la langue.

Or il était pour moi très important qu’elle puisse parler avec sa famille en français puisque je suis française mais aussi qu’elle dispose des références, des codes et qu’elle comprenne la culture francophone. Alors j’ai demandé à d’autres parents, expatriés, francophones, comment ils faisaient pour leurs enfants. Nous avons commencé à nous réunir pour en parler, créer des activités en lien avec le français. J’ai ensuite commencé à structurer nos démarches et c’est devenu la France Ô si!

La France Ô si! existe t-elle uniquement à Madrid ?

Le siège de l’association est à Madrid mais nous avons aussi des antennes FLAM situées dans la banlieue de la capitale : à Rivas, Alcobendas, au lycée français Molière de Villanueva de la Cañada. le but étant de continuer de grandir dans d’autres communes autour de Madrid ainsi que dans le reste de l’Espagne. On identifie les besoins des parents sur place et on met en place des structures adaptées dans les établissements avec lesquels nous avons obtenu un accord et au sein de la vie culturelle de la ville (visites de musées, de parcs etc).

Comment décrivez-vous la Fiesta de la Francophonie dont vous êtes la fondatrice ?

«La fiesta de la francophonie est une expérience de vivre ensemble, où on est tous là pour passer un bon moment».

Dans le monde il y a la fête de la francophonie, elle a lieu tous les ans le 21 mars. On y célèbre la langue et la culture francophone. Aujourd’hui le français est parlé par plus de 300 millions de personnes dans le monde et est présent sur les quatre principaux continents (Amérique, Asie, Europe, Océanie). Donc à l’intérieur de la fête mondiale de la francophonie qui se déroule tout au long du mois de mars, nous organisons la Fiesta de la francophonie qui aura lieu le 6 mars prochain au Palacio de Cibeles de 17h à 22h.

L’objectif est de réunir un échantillon des talents des différents pays francophones et francophiles qui manifestent un attachement à la langue française et à la France. Les participants peuvent ainsi mettre en avant leur domaines d’activités : gastronomie, entrepreunariat, communication –TV5 Monde et le Petitjournal.com seront sur place-. Nous mettons également une scène en place où se produiront divers artistes francophones et francophiles , elle viendra rythmer la soirée avec ses différents spectacles animés et musicaux dont pourront profiter les visiteurs.

La Fiesta de la francophonie est un espace inclusif, de solidarité, elle permet aux entrepreneurs qui se lancent dans une activité de se faire connaître et de promouvoir leurs produits. Pour résumer, c’est une expérience de vivre ensemble, où on est tous là pour passer un bon moment.

Comment vous est venue l’idée de créer la Fiesta de la Francophonie à Madrid ?

Nous avons saisi il y a quatre ans l’opportunité d’avoir à disposition Le Palacio de Cibeles qui abrite la mairie de Madrid et j’ai proposé ce lieu magnifique à l’Institut français et à l’ambassade de France afin d’organiser cette fête.

Cette Fiesta de la francophonie permet de rassembler un lieu, des idées, un réseau et de les mettre à disposition de la culture francophone et francophile. Ce projet n’aurait pas été possible sans l’aide de l’Institut français et des ambassades francophones partenaires. Il est aussi important de rappeler que cette année la fête de la langue française célèbre ses 25 ans et l’organisation internationale de la francophonie fête ses 50 ans, elle compte aujourd’hui 54 pays membres.

Comment intégrez-vous les madrilènes à cette Fiesta ?

Le Palacio de Cibeles est un lieu emblématique de la capitale espagnole, c’est l’espace des madrilènes et de ce fait les espagnols sont naturellement invités à nous rejoindre lors de cette Fiesta. D’ailleurs, l’événement est depuis sa création, libre d’accès et gratuit pour toutes et tous.

Concrètement, nous pensons que l’intérêt pour la langue française est le dénominateur commun entre les espagnols qui viendront à la fiesta de la francophonie et les participants francophones et francophiles. Au cours de l’année, nous sommes allés à la rencontre des académies et écoles espagnoles afin de promouvoir les activités de l’association.

Et enfin, nous proposons une communication sur nos événements à la fois en français et en espagnol donc nous sommes totalement ouverts aux visiteurs qui ne parlent pas français mais qui se sentent francophiles et sont curieux.

Que pensent les visiteurs et les participants de cette manifestation culturelle ?

Pour nous les retours de chacun et chacune sont très importants, ils nous permettent de nous améliorer chaque année. Globalement, les critiques sont positives et c’est grâce à cela que nous pouvons organiser cette année la quatrième édition de la fiesta de la Francophonie. Nous sommes aussi contents de voir que tous les ans de nouvelles ambassades, structures, artistes et entreprises nous contactent pour participer à nos côtés à l’événement.

Par Isabelle Levame

Laisser un commentaire