Education sexuelle : Climax explore le plaisir féminin via une série vidéo exclusive et innovante

Le 1er novembre dernier, sortait sur internet la toute première série en vidéos française dédiée au plaisir féminin, Climax. Après plus de six mois de travail et de réflexions, Laurène Dorléac, 28 ans, décide de fonder Climax. Elle est diplômée d’une grande école de commerce et a travaillé trois ans comme salariée au sein de deux start-ups françaises…

«D’abord en discutant avec des copines puis en lisant de nombreux rapports américains dont Le nouveau rapport Hite par Shere Hite. Puis en interrogeant moi-même 107 femmes de 19 à 87 ans et de diverses nationalités, je me suis rendue compte de la nécessité de créer quelque chose comme Climax. Il s’agit d’un guide d’exploration sur le plaisir féminin et en particulier la masturbation féminine qui est encore très taboue et interroge toujours autant notre curiosité», voici la manière dont Laurène décrit ce site internet novateur et dynamique. Afin de mieux comprendre le concept, nous lui avons posé six questions sur ce qui nous a semblé essentiel :

Pourquoi pensez-vous qu’il est important de pouvoir parler de ce thème sans tabou de nos jours ?

Laurène : En posant des questions à plus d’une centaine de femmes, de nationalités, d’origines et de milieux sociaux-culturels divers, j’ai pu entrevoir les incroyables disparités qui existent quant à notre rapport à la sexualité et l’éducation qui y est liée.

A l’école en France, la sexualité est un thème très peu abordé, uniquement à travers la reproduction et les MST, il y a toujours une gêne qui ne devrait pas exister, ou du moins de pas être si omniprésente. Dans les pays nordiques, la question des rapports amoureux et physiques est abordée dès le primaire. Est-ce donc à l’école d’aborder ces sujets avec nous, à nos parents ? S’ils ne le font pas, quel rôle internet et la télévision peuvent-ils jouer dans tout cela, en dehors de la pornographie ? Pourquoi de nombreuses femmes n’ont-elles que rarement des orgasmes encore de nos jours ?

Je ne fais aucun jugement mais c’est un constat qui m’a sans doute aidée à créer Climax pour tenter de répondre à ces questions.

Pourquoi avoir choisi internet comme support pour Climax ?

Laurène : Internet offre une grande liberté de création dont il faut savoir faire bon usage, je trouve. Ce qui est incroyable c’est qu’on y trouve tout : de Wikipedia aux recettes de cuisine, une énorme quantité de sites pornographiques voués à nous exciter mais rien sur l’éducation sexuelle.

Il n’y a aucun site qui nous explique explicitement comment et pourquoi (conséquences positives sur la santé psychiques et physiques) donner du plaisir à une femme. J’ai voulu aborder ce sujet avec Climax en apportant des clés, 17 techniques favorites, sur la masturbation féminine et permettre aux intéressées de mieux comprendre ce(s) plaisir(s).

Crédit : Climax

Nous avons regardé la série Climax, les vidéos sont très explicites. Pourquoi avoir choisi cette forme et sur internet ?

Laurène : Notre approche dans Climax est fondamentalement scientifique, basée sur le croisement d’études réalisées par des experts en sexologie et en psychologie. Les vidéos sont frontales c’est vrai, on voit un vrai sexe féminin, ce qui peut un peu « choquer » au début, surprendre serait d’ailleurs le mot plus approprié. Pour moi, c’était la seule manière logique de parler de ces techniques en brisant le tabou autour du plaisir féminin, du clitoris et de tout ce qui l’entoure.

Dans l’esprit collectif, le sexe de l’homme est un organe que l’on voit tout le temps, dans l’art notamment, il n’est presque jamais caché. Qu’en est-il de la vulve féminine ? La seule oeuvre notable qui me vient à l’esprit est l’Origine du monde de Gustave Courbet (1866). Notre idée est de répondre à certaines interrogations sans toutefois démystifier le plaisir féminin, chacune et chacun (en couple) a ses petites recettes.

Nous avons aussi pris le parti de faire quelque chose de joli, de choisir des couleurs douces avec une musique relaxante afin que le spectateur ou la spectatrice se sente bien, apaisé(e) et puisse profiter au maximum de l’expérience.

Pourquoi avoir choisi une approche neutre et scientifique avec Climax plutôt qu’artistique ou humoristique ?

Les humoristes parlent de sexualité en France publiquement, les réalisateurs de cinéma et les journalistes aussi dans les rubriques sexo ou de santé mais nous nous sommes rendus qu’il y a un vrai manque d’éducation sexuelle et que ça n’existe pas sur internet en France. Le site américain OMGyes est apparu en 2015, c’est le seul dont on parle un peu grâce à la pub qu’en a fait Emma Watson mais c’est tout. Ce n’est pas beaucoup.

Pour nous, le format vidéo pour Climax, reposant sur une réflexion scientifique était le meilleur moyen d’entrer dans le coeur du sujet. On peut en rire bien sûr mais la sexualité féminine et masculine est avant un sujet vaste et sérieux, pas uniquement attaché à la reproduction qui mérite donc une approche sérieuse, travaillée et respectueuse.

En quoi vous différenciez-vous de la pornographie avec Climax ?

A travers nos vidéos, on cherche à ce que les spectateurs apprennent des techniques que nous avons sélectionnées sur le plaisir féminin, bien évidemment elles ne sont pas universelles. Si les vidéos sont explicites, il y a une vraie volonté éducative derrière notre approche et non pornographique. Notre objectif premier n’est pas d’exciter mais de permettre aux intéressées de comprendre certains aspects de la sexualité féminine, les conséquences positives que la masturbation peut avoir sur la santé et de les guider à travers des explications simples. Afin qu’elles puissent reproduire elles-mêmes les gestes, seules ou avec un(e) partenaire.

Sur quelles études vous êtes vous appuyés pour Climax ?

Ce fut un travail de longue haleine, nous avons épluché pendant plusieurs mois une quinzaine d’essais et d’études réalisées par des chercheurs tels que Le rapport Hite de la sexologue allemande Shere Hite (publié en 1976 puis réédité en 2004), Sexual behavior in the human female et Sexual behavior in the human female du zoologiste Alfred C Kinsley mais aussi des sondages effectués en 2019 par des instituts français et américains comme l’IFOP et Statista Research Department.

Climax propose une vidéo gratuite pour avoir un aperçu de l’expérience sur le plaisir féminin

Climax répertorie à travers sa formule classique 17 épisodes, les 17 techniques de masturbation féminine (naturelles) les plus appréciées chez les femmes et 22 épisodes au total pour la version Premium, qui comprend des bonus pour plus de plaisir avec son partenaire.

Il y aura bientôt une deuxième version de cette première saison prévue pour début février nous confie Laurène Dorléac, avec des épisodes inédits. Afin de recevoir une vidéo gratuite et vous faire une idée de Climax et/ou de profiter complètement du guide, rendez-vous directement sur le site internet de Climax.

Publicités

Laisser un commentaire