Premier concours photo Treiz’ Hebdo 2019 : et le/la gagnant(e) est…

Le 11 novembre dernier nous avons rendu les résultats du premier concours photo organisé par notre web magazine Treiz’Hebdo. Sur treize participants, trois se sont démarqués par des clichés qui nous ont plus marqués que les autres, cette fois-ci : Florine Van Wambeke est celle qui a remporté le concours suivie de Lucas Le Bolès puis Pauline Besnard. Découvrez leurs photos ainsi que leur contexte …

Le concours photo Treiz’Hebdo novembre 2019

Le sujet était simple : sélectionner de une à trois photos qui ont eu un impact particulier sur le photographe et qu’il souhaitait partager. Pour cette première édition du concours photo Treiz’Hebdo, nous n’avons pas imposé de thème, ni de format particulier.

De même, nous avons accepté que les participants nous envoie des photos anciennes et non prises spécifiquement pour le challenge, les deux possibilités furent donc autorisées. Certains sont photographes professionnels comme Lucas, d’autres amateurs comme Florine et Pauline. Nous avons aimé observer le contraste entre les différents clichés, les idées et les sensations apportées par ces images.

Florine Van Wambeke aime photographier des personnes, sa famille et ses amis

Florine a 21 ans et effectue un Master au sein de l’école de communication à Lille, l’ISTC (Institut des Stratégies et Techniques de Communication). Elle est actuellement en échange universitaire à Madrid pendant un an. C’est la gagnante de notre concours.

Florine aime particulièrement photographier l’émotion des gens : inconnus ou connus (famille et amis) et réaliser des portraits. Ses photos nous ont particulièrement touchés pour l’émotion qu’elles dégagent. Florine a en effet su capturer l’instant avec un appareil photo hybride Sony alpha 6000, que ce soit avec sa famille ou ses amis, en France ou à l’étranger. Découvrez ses photos et son interview :

65 ans d’amour, des adieux et du sport : les trois photos qui ont remporté le concours Treiz’Hebdo

Chacune des photos a sa propre histoire comme nous le raconte Florine :

Sur la première photographie, ce sont mes grands-parents pour leurs 65 ans de mariage en 2017. J’ai voulu immortaliser ce moment où ils s’étreignent, je crois que c’est la première fois que nous les avons vus se montrer autant d’affection l’un envers l’autre.

Comment tes grands-parents sont-ils rencontrés ?

Ma grand-mère connaissait la soeur de mon papi grâce à l’aumônerie dans laquelle elles étaient toutes les deux. En 1950, elles sont allées à un meeting de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC) à Bruxelles. Ils sont rentrés en France très tard, mon grand-père qui était également présent a raccompagné ma grand-mère chez elle et c’est à ce moment-là que tout a commencé…

Que représente l’accolade sur la deuxième photo ?

C’était en 2016, nous sommes partis avec plusieurs amis au Pérou afin d’y faire une mission humanitaire. Pendant le séjour, nous vivions dans des bidonvilles avec les locaux, il y avait de l’électricité mais pas d’eau courante.

Notre objectif était d’aider les locaux sur des chantiers, et tous les jours nous étions escortés par les Serenazgo, des policiers péruviens chargés de la sécurité sur place. Un de mes copains jouait pas mal au rugby et plusieurs fois il retrouverait ce Serenazgo, Santiago (à qui il fait l’accolade), ils s’entendaient bien. J’ai pris cette photo le jour de notre départ…

Et sur la troisième photo, il s’agit d’un match de Badminton de ta soeur…

Oui, mon frère, ma soeur et moi-même jouons tous au badminton et ma soeur ce jour-là a remporté un match interclubs décisif. L’ambiance dans la salle était à son apogée, impossible de savoir jusqu’à la fin qui allait remporter le match… Et c’est finalement ma soeur qui a gagné ! A gauche de la photo, on la voit avec son coach qui la félicite, c’est la fille brune.

As-tu une idée de ce que tu voudrais faire plus tard ?

Je n’ai pas encore une idée 100% arrêtée de ce que je veux faire mais je dois dire que l’événementiel sportif m’attire particulièrement. L’été dernier j’ai travaillé pour la coupe du monde de football féminin et j’ai adoré. Je verrai à la fin de mon Master.

Découvrez d’autres photos prises par Florine Van Wambeke

Lucas Le Bolès remporte la deuxième place avec ses photographies de paysage

Lucas Le Bolès est passionné par le monde de l’image et en particulier de la vidéo depuis son plus jeune âge. Après avoir fait une école de cinéma et des études en post-production, il a décidé d’en faire son métier il y a deux ans : vidéaste et photographe free-lance.

Pour le concours Lucas a choisi de nous envoyer trois photographies de paysages capturées à Cascais, au Portugal, les voici. Nous les avons sélectionnées pour la pureté de l’environnement, leurs couleurs et cette observation des matières qui lie ses trois photos, tel un triptyque.

C’est derrière la caméra que j’ai développé mon goût pour capturer un moment précis, figer une image. J’ai une préférence pour les paysages et la photographie de rue. J’aime le moment où je me retrouve avec moi-même c’est avec une caméra, de la musique à fond dans le casque, en me baladant des heures à la recherche des plus beaux scénarios de lumière.

Rendez-vous directement sur le site de Lucas : luh-k.com pour découvrir son travail plus en détails.

Pauline Besnard, la troisième gagnante du concours : une photo aux airs de nature morte

Pauline Besnard est photographe amatrice, la photo qui a retenu notre attention est un cliché aux allures de peinture et particulièrement d’une nature morte, sans fruit ainsi que son côté clair obscure jouant avec les lumières naturelles de la pièce. Le cliché a été pris dans une grande maison de campagne du sud de la France… Retrouvez la suite de son travail directement sur le site internet de Pauline : paulineaimelapizza.tumblr.com.

J’ai appelé cette photo : Nature Morte N°1. Elle m’évoque encore un vœu dans le courant d’eau, un été indien, un mois d’octobre et ses couleurs orange. Ou encore la nostalgie future des jours d’hiver. Castexe, Gratens, France, 2017

Publicités

Laisser un commentaire